Main Page       Contact  
   
Türkçe

Daily Bulletin Subscription

To receive our Daily Bulletin please fill out the form below.
Name:
Surname:
Email:


Books out of Print

CHAPITRE PREMIER L?ARMÉNIE ET LES ARMÉNIENS

Kamuran GÜRÜN*
Le Dossier Armenien
 

 ="justify">

L’ARMÉNIE ET LES ARMÉNIENS

1. L’origine des termes “Arménie” et “Arméniens”
Certains pays tirent leur nom de celui des peuples qui y sont installés d’autres le doivent à leur situation géographique ou à leur statut administratif. Dans ce dernier cas, il arrive que le nom de leurs peuples soit oublié et dès lors on les connaît sous une appellation dérivée de celle du pays.

Par exemple, de nos jours la Turquie, l’Allemagne et la France tirent leur nom de celui de leurs peuples. Par contre, l’Amérique (USA) correspond à une appellation géographique et les communautés qui vivent aux USA ont renoncé à leur nom d’origine pour adopter celui de la contrée.

Dans l’Antiquité, il y avait en Anatolie de nombreuses régions dont le nom servait à désigner les peuples qui y étaient installés. Il en était ainsi, par exemple, de la Paphlagonie, de la Pamphylie, de la Cilicie et de la Cappadoce. Les habitants de ces provinces ne constituaient pas une nation mais on leur appliquait le nom de la région dont ils étaient originaires. C’est de la même manière que de nos jours on parle des “Stambouliotes” ou des “Ankariotes”, etc.

Ainsi que l’ont noté de nombreux auteurs, le terme d’Arménie fait lui aussi partie de ces noms servant à désigner une zone géographique. En fait, les Arméniens se faisaient appeler autrefois “Haïk” et donnaient à leur contrée le nom de “Haiasdan” ou “demeure des Haïk”. On ne sait pas avec précision pourquoi le territoire en question prit ultérieurement le nom d’Arménie. Selon certains historiens anciens - Moïse de Khoren par exemple - les Arméniens auraient été des Ourartiens et c’est le roi Aram d’Ourartou qui aurait doté l’Arménie de son nom. Cependant, les historiens modernes ont abandonné cette théorie. Selon eux, il n’y a aucun lien entre les Arméniens et Ourartou et la civilisation ourartienne.

Cependant, Moïse de Khoren pourrait être jusqu’à un certain point dans le vrai. Il est fort possible en effet que le nom d”Arménie” ait été dérivé du nom d’Aram. Par la suite, cette origine fut oubliée mais le terme géographique dont les habitants de cette région tirèrent leur nom subsista. Bien entendu, ces Arméniens d’autrefois n’ont rien de commun avec la communauté arménienne telle que nous la connaissons aujourd’hui.

Toynbee présente quelques réflexions intéressantes sur l’origine du mot “Arménien”: “On peut se hasarder à avancer qu’à la fin du septième siècle avant l’ère chrétienne, pendant la période d’anarchie qui s’instaura au sud-ouest de l’Asie après la chute de l’Empire assyrien (...), les Mushki envahirent l’ancien territoire d’Ourartou situé dans la vallée de Teleboas (...). Quand les Mèdes réussirent à y imposer leur domination, ils respectèrent la situation acquise et tracèrent la frontière qui sépara l’Ourartou (qu’ils incorporèrent dans la Médie) de l’Arménie qui fit dès lors partie du “Commonwealth” mède (...).

“Si on admet que la vallée de Teleboas fut ainsi attribuée à l’Arménie à une époque située entre la chute de l’Empire assyrien et l’avènement de l’Empire mède, cette circonstance permettrait de résoudre une énigme linguistique. Elle expliquerait notamment pourquoi les Mushki - Phrygiens adeptes de Gurdi, qui dans leur propre langue se faisaient appeler “Haïk” -étaient connus dans la terminologie officielle achéménide sous le nom d’Arminiya et pas celui de “Haïk” ou de Mushki ou Gordiens. Cet ancien ethnicon persan, dérivé du nom d’une localité - Arminiya - pourrait provenir d’un mot de la langue d’Ourartou, “Urmeniuhini”, qui se retrouve dans l’inscription de Menuas, découverte dans les environs de Mus. Il s’agit d’une ville conquise et rasée. En confirmant la cession du territoire ourartien aux anciens envahisseurs mushkiens - qui se faisaient appeler “Haïk” - les Mèdes et, après eux, les Persans, ont Pu désigner les nouveaux propriétaires de ce territoire d’après l’ancien nom donné à la région dans la langue d’Ourartou [1]”

Toynbee - qui prend le soin de préciser qu’il ne faut voir dans cette explication qu’une simple spéculation de l’esprit - présente encore une autre hypothèse: d’après lui, le nom de l’Arménie serait dérivé d” ‘Erimena”, nom du père de Rusas III, dernier roi d’Ourartou. Il pourrait aussi provenir d”Eramu-ni”, terme signifiant “le pays des Araméens”, car ces derniers, venus du Nord de l’Arabie, avaient envahi Naïri à la fin du XIe siècle ou au commencement du Xe siècle av. J.-C.

Il n’est pas de notre propos de faire sur ce sujet une recherche historique ou archéologique. La raison pour laquelle nous mentionnons ces hypothèses est tout autre. En effet, compte tenu de ce qui précède, il apparaît évident que les termes d”Arménie” et de “Haiasdan” désignent deux choses différentes. S’il semble normal d’appeler “Arméniens” les membres de toutes les communautés qui, dans les temps anciens, vécurent en Arménie, il est en revanche tout à fait anormal de confondre ces “Arméniens” de jadis avec les “Haïks”, c’est-à-dire avec ceux qui constituent les Arméniens d’aujourd’hui. De la même façon, il importe de faire nettement la distinction entre le territoire désigné par le terme géographique d’Arménie et la zone où vinrent s’installer et où vécurent pendant de nombreux siècles ceux que l’on a continué de nommer les Arméniens.

De même que l’origine du nom “Arménie” reste incertaine, de même on n’a pas pu non plus déterminer avec quelque précision à quelle époque l’ethnie appelée “Haïk” est venue s’installer dans cette région. Comme ce livre ne constitue pas un travail sur l’histoire ancienne de l’Arménie, nous ne trouvons pas nécessaire de nous arrêter trop longtemps sur ce sujet. Nous nous contenterons de rapporter ce qu’en disent certains livres qu’on considère comme des ouvrages de référence et ceci en respectant l’ordre chronologique dans lequel ils furent publiés.

Les anciens chroniqueurs arméniens - Moïse de Khoren, Thomas Ardzrouni et d’autres - écrivent que le peuple arménien descend de Noé et comme il est généralement admis que l’arche de Noé avait jeté l’ancre sur le mont Ararat, ils affirment que le peuple arménien a vécu dans cette région depuis les temps immémoriaux. Encore qu’il soit inutile de s’arrêter sur de telles légendes, nous trouvons cependant intéressant de relever un point négligé par ces historiens. En effet, puisqu’on cite les livres sacrés et les légendes, nous ferons remarquer que te genre humain tout entier tire son origine des enfants de Noé. On pourrait donc soutenir que la nation turque fut comme les Arméniens engendrée au pied du mont Ararat et qu’elle a su, elle aussi, conserver son sol natal.

Gatteyrias écrit ce qui suit à propos de l’origine des Arméniens:

“Quand les premières tribus aryennes venues du plateau du Pamir, se furent établies les unes au sud dans la vallée du Sind, les autres plus au nord sur le plateau de l’Iran, le flot de l’émigration ne trouva plus que la route de l’ouest, et les nouveaux arrivants durent se répandre en Europe. Dès leurs premiers pas ils vinrent se heurter contre la chaîne du Caucase, qu’ils tournèrent en se jetant dans les plaines du nord, et en se frayant un passage vers le sud, du côté de l’Asie Mineure, ou bien en côtoyant les rivages de la mer Noire.
“(...) Une fois installée dans les différentes vallées de l’Arménie, chaque tribu se développa indépendamment des autres, et continua à vivre de sa vie propre. Quelques-unes devinrent même assez puissantes, ou se groupèrent en confédérations, et c’est dans cet état que les Assyriens les trouvèrent lorsqu’ils envahirent pour la première fois le pays de Naïri vers les sources du Tigre et de l’Euphrate sous la première dynastie assyrienne, 1130 avant Jésus-Christ.

“Avant la deuxième dynastie assyrienne la guerre de conquête continua plus sérieusement, et les gens de l’Ourartou ou Ararat subirent plusieurs défaites. Après dix ou douze campagnes l’Arménie était soumise en 782-780 avant Jésus-Christ, et pendant quarante ans les Assyriens restèrent les maîtres incontestés de toute la vallée du haut Tigre où ils essayèrent d’implanter leur civilisation.

“Cette tentative d’implantation de la race sémite rencontra une vive opposition chez les tribus arméniennes de l’Ourartou, qui avaient conservé plus intacts que les autres l’esprit et le sang aryens (...) [2].”

Sans nous appesantir sur les incohérences historiques et géographiques que comporte ce texte, ce que nous pouvons en retenir c’est l’affirmation selon laquelle les Arméniens seraient venus du Pamir à l’époque des grandes migrations. Mais il est surtout intéressant de noter qu’aux yeux de Gatteyrias les Arméniens ne constituaient que quelques-unes des tribus de l’Empire
ourartien; le terme d’Arménie, de même, ne semble être utilisé ici que comme un vocable géographique désignant une zone frontalière de l’Ourartou.

Jacques de Morgan, pour sa part, exprime la pensée suivante:
“Quoi qu’il en soit, il résulte des documents en notre possession que le mouvement des Arméniens de Cappadoce vers le plateau d’Erzurum eut lieu pendant le cours des huitième et septième siècles et que, six cents ans pour le moins avant notre ère, cette nation occupait déjà quelques-uns des districts voisins de l’Ararat et du lac de Van (...) [3].”

Et voici l’opinion de Macler:
“(...) Il paraît certain que l’Arménie ou la contrée géographique que l’on dénomme Arménie depuis les temps historiques, n’a pas toujours été habitée par le peuple que l’on a appelé dans la suite arménien (...) le pays était habité, sinon sûrement par une race différente, du moins par un peuple parlant une langue qui n’est pas l’arménien, langue que nous connaissons par l’arménien classique ou grabar.

“(...) La première mention qui ait été faite du peuple arménien se trouve dans l’inscription achéménide de Darius, gravée vers 515 av. J.-C., à Bissoutoun, où il est dit que l’Arménie forme une satrapie faisant partie de l’empire de Darius (...) [4].”

On constate que selon Macler, cette contrée portait le nom d’Arménie avant même que les Arméniens ne s’y soient installés. Nous reviendrons plus loin sur l’inscription de Darius.
Jetons un coup d’œil sur le livre de Pasdermadjian:

«Les Arméniens appartiennent à ces peuples indo-européens, mais ils ne firent leur apparition en Orient qu’au Vile ou VIe siècle av. J.-C., pénétrant dans l’Ourartou ou Arménie primitive, soit de l’est après avoir traversé le Caucase en compagnie d’un autre peuple indo-européen, les Cimmériens, soit de l’ouest après avoir traversé les Balkans et l’Asie Mineure, en compagnie d’un peuple indo-européen auquel ils étaient apparentés, les Phrygiens. C’est cette dernière thèse, c’est-à-dire celle faisant venir les Arméniens indoeuropéens par les Balkans qui semble maintenant l’emporter dans le monde scientifique.

“(...) La légende dit que le chef de ce peuple indo-européen se nommait Haïk. C’est lui que les Arméniens considèrent comme leur premier roi et le fondateur de leur pays. Ils se sont donnés le nom de Haï ou fils de Haïk.

“(...) Les chroniqueurs arméniens ont placé l’arrivée de Haïk et de son peuple en Arménie vers l’an 2200 av. J.-C., et ont fait suivre Haïk de toute une série de patriarches puis de rois arméniens (...) [5].”

Dans le passage que nous venons de citer, Pasdermadjian n’indique pas clairement quelle est la thèse qui a sa préférence. On note toutefois que selon lui, c’est au Vile ou au VIe siècle avant notre ère que les Arméniens se seraient installés dans la région qui dès avant leur arrivée portait le nom d’Arménie.
 
On constate aussi que la date proposée par Pasdermadjian pour l’arrivée des Arméniens en Ourartou est postérieure d’un siècle à celle indiquée par Jacques de Morgan.

Voyons maintenant ce qu’en pense Nalbandian:
“Le Royaume d’Ourartou n’était pas seulement un puissant état militaire, il possédait également une civilisation fort avancée. Son peuple parlait une langue non aryenne qu’on a réussi à déchiffrer. Il adorait un dieu suprême, unique, nommé Khaldi (...). Au VIIIe ou au VIIe siècle av. J.-C. Ourartou fut envahi par un peuple étranger. Selon Hérodote, le peuple qui vainquit Ourartou était constitué de colons phrygiens connus sous le nom d’Arméniens. Petit à petit, ces tribus arméno - phrygiennes imposèrent aux Ourartiens leur propre langue indo-aryenne et c’est l’amalgame de ces deux peuples qui forma la nation arménienne [6].”

Disons tout de suite que la théorie exposée par Nalbandian ne se retrouve pas chez Hérodote. Nous allons le montrer plus loin. Par ailleurs, il apparaît assez surprenant qu’une langue dotée d’une écriture ait été supplantée par une autre qui ne l’est pas. L’évolution normale se fait dans le sens contraire. Ce qui est particulier à Nalbandian c’est l’idée selon laquelle la nation arménienne eut pour origine l’amalgame de certaines tribus phrygiennes avec la population indigène d’Ourartou, ce qui revient à dire qu’il n’existait pas auparavant de peuple arménien.
Examinons le point de vue de Hovannisian:

“(...) Ils (les Arméniens) pénétrèrent dans le plateau en tant que conquérants et imposèrent leur hégémonie aux peuples indigènes qu’ils parvinrent à assimiler. Après une période de soumission aux Achéménides et aux Séleucides, ils reconquirent leur indépendance et établirent une dynastie qui exerça le pouvoir pendant deux siècles [7].”

Le texte ne dit pas clairement d’où les Arméniens sont venus ni de quand date cette intrusion. Hovannisian a sans doute voulu éviter de traiter de faits d’une authenticité historique douteuse. Cependant, une chose apparaît certaine: ils sont venus d’ailleurs et cela s’est produit avant l’invasion des Achéménides. A ce propos, nous jugeons bon de noter que la conquête de l’Arménie par la dynastie achéménide - en d’autres termes les Mèdes - a eu lieu au VIe siècle av. J.-C.

Nous empruntons les lignes suivantes à Grousset, auteur d’un gros livre sur l’histoire ancienne de l’Arménie:
“(...) En 677 le roi d’Assyrie Assarhaddon refoulait une de leurs bandes commandée par un certain Teuchpa ou Tiouchpa, de la province de Khoubouchkia, aux sources du grand Zab, aux confins assyro - ourartiens. Tiouchpa fut tué. Sa bande se rejeta sur l’Asie Mineure où en 676-675 elle infligea aux Phrygiens un désastre qui mit fin sinon à leur survie ethnique, du moins à leur domination (...).

“(...) Les Cimmériens ne survécurent guère à leur victoire (...) Mais après cette tourmente l’ancien empire phrygien des Gordios et des Midas ne se reconstitua point, remplacé au moins partiellement en Asie Mineure par l’empire lydien des Alyatte et des Crésus. En revanche, une partie des tribus phrygiennes “rompues” durent aller chercher plus loin vers l’Est une nouvelle patrie, et telle fut sans doute l’origine des Arméniens [8].”

Grousset admet donc qu’un groupe ethnique connu plus tard sous le nom d’Arméniens est arrivé dans la région après 675 av. J.-C.

De nos jours, grâce en particulier aux découvertes faites par les archéologues, l’histoire de l’Ourartou commence à être assez bien connue. Mais ceux qui espèrent pouvoir trouver dans l’œuvre du Professeur Lang, les renseignements les plus nouveaux et les plus exacts sur cette question seront déçus. En effet, voici ce qu’écrit cet éminent historien:

“Il est évident que le fondateur du royaume d’Ourartou fut le roi Aramé ou Aram dont le nom est mentionné dans les inscriptions assyriennes du roi Salmanazar III. Ces inscriptions se rapportent aux années 860, 858 et 846 av. J.-C. On reconnaît en lui, sans nul doute, le roi arménien mi-légendaire Aram le Beau, aimé de la reine Sémiramis (...). Le chroniqueur arménien Moïse de Khoren, considère que le roi d’Ourartou, Aram, fut l’ancêtre éponyme de la nation arménienne [9].”

Les historiens arméniens eux-mêmes hésitent de nos jours à répéter les légendes racontées par Moïse de Khoren. Est-il possible qu’un savant tel que le Professeur Lang prenne ces anecdotes pour argent comptant et cherche a établir un rapport entre Ourartou et les Arméniens sans avoir lu les travaux consacrés à cette question?

Mais le Professeur Lang va plus loin encore. A la page 114 de son livre on trouve en effet les phrases suivantes:

“Comme nous l’avons dit, les Arméniens se font appeler “Haïk” et donnent à leur pays le nom de “Hayastan”. Il semble bien qu’il y ait un rapport entre cette appellation ethnique et l’ancienne province hittite, Hayasa. Cette province se trouvait dans les montagnes de l’Arménie occidentale, en amont de l’Euphrate ou Kara Sou. La langue utilisée par la population de cette province avait des affinités avec les anciennes langues indo-européennes de l’Asie Mineure: le hittite, le luvien, le lydien, le lycien et le phrygien (...).“

Nous constatons que la linguistique n’est pas le fort du Professeur Lang et nous laissons à René Grousset le soin de lui répondre:

“(...) Le nom de Hayasa n’a pas manqué de retenir l’attention comme évoquant le nom même de l’Arménie en arménien: Hayastan. Il semble en réalité qu’il ne s’agisse là que d’une analogie fortuite. Quant à la localisation de ce pays, Louis Delaporte le place sur la côte du Pont du côté de Trébizonde (...) Pour le regretté N. Adontz (...) le Hayasa et l’Azzi se situent sur le haut Euphrate autour du massif de Dersim [10]”
Le nom de Hayasa se retrouve dans les inscriptions de l’époque du souverain hittite Murshilish II(1345-1320 av. J.-C.). Pour sa part, l’archéologue et hittitologue Hrozny écrit:

“(...) C’est sous le gouvernement de Tuthaliyash V (vers 1200 av. J.-C.) (...) que survient la catastrophe: l’invasion des “peuples de la mer” (...) ou peuples égéens. Poussés par les Illyriens, Phrygiens, Arméniens, Thraces, Mysiens et autres peuples des Balkans se mettent en marche, passent le Bosphore, puis anéantissent l’empire hittite ainsi que tous ses vassaux et ennemis d’Asie Mineure et de Syrie. (...) C’est seulement aux frontières d’Egypte que leur assaut est contenu par le pharaon Ramsès III de la 20e dynastie.

“(...) Les principaux héritiers de l’empire étaient à l’ouest, les Phrygiens, indo-européens, et plus à l’est les Mushki, qui leur étaient apparentés. Dans le Taurus et l’Anti-Taurus cependant (...) nous voyons surgir plusieurs petits Etats. (...) La conquête de la dernière grande forteresse hittite (...) par Sharrukên (Sargon), roi d’Assyrie, en 717 av. J.-C. met fin à l’existence du peuple “hittite” hiéroglyphique [11].”

L’inscription de Bissoutoun de Darius est le premier document historique écrit où apparaît le terme d’Arménie. Cette inscription date de 515 av. J.-C. Plus tard la mention des Arméniens et de l’Arménie se retrouve chez Hérodote, qui a vécu, selon l’hypothèse généralement admise, entre les années 484 et 430 av. J.-C.

Hérodote mentionne les Arméniens à plusieurs reprises en différents endroits de son livre et on y trouve aussi le mot “Arménie”. C’est ainsi qu’en énumérant les provinces de l’Iran, il écrit: “... Pactyca et les Arméniens et leurs voisins jusqu’à la mer Noire.” Ailleurs, après avoir cité les loniens, les Lydiens, les Phrygiens, les Cappadociens et les Ciliciens, il ajoute: “Quant aux Arméniens...” et un peu plus loin: “... En quittant l’Arménie...” [12].

Il y a aussi le passage suivant:
“L’habillement des Phrygiens est, à quelques différences près, analogue à celui des Paphiagoniens. D’après les Macédoniens, ce peuple, du temps où il vivait en Macédoine, y était connu sous le nom de Briges. Quand ils migrèrent en Asie, ils ne changèrent pas seulement de pays mais aussi de nom. Les Arméniens qui sont des colons phrygiens, étaient armés à la mode de Phrygie et les deux contingents avaient pour chef Artochmes, époux de l’une des filles de Darius.”

Actuellement, presque tous les historiens, en se basant sur l’inscription de Darius et le livre de Hérodote, considèrent que les Arméniens sont arrivés en Arménie en 515 av. J.-C. Cependant le terme d”Arménien” utilisé dans l’inscription de Darius et chez Hérodote peut s’interpréter aussi comme “habitant de l’Arménie”. Ni Darius, ni Hérodote ne parlent d’une race précise; ceux qu’ils désignent sous le nom d’Arméniens sont en fait les habitants d’une région définie. Dans la mesure où l’Arménie portait ce nom avant même que les Arméniens ne s’y soient établis, il apparaît difficile d’affirmer, à moins de déformer le sens des documents historiques, que le Arméniens y sont venus antérieurement à l’an 515 av. 3.-C.

Le témoignage de Xénophon racontant la retraite des Dix Mille mérite lui aussi d’être pris en considération [13]. Les chapitres III, IV et V du Livre IV de l’œuvre de Xénophon traitent du passage des Dix Mille par l’Arménie (an 401 ou 400 av. 3.-C.). Dans ces chapitres, le mot “Arménie” désigne clairement une région. Quant au terme d”Arménien”, il apparaît dans le chapitre III: “C’étaient des mercenaires arméniens (...) au service d’Orontas et d’Artuchas.” Le mot revient encore une fois à la fin du chapitre V où Xénophon parle d”enfants arméniens en costume local”. Dans les deux passages, ce terme peut être interprété comme désignant les “habitants de l’Arménie”. Par contre, Xénophon ne dit pas que les villageois rencontrés par les Dix Mille lors de leur passage dans cette région étaient des Arméniens, mais il indique qu’ils parlaient le perse. Par conséquent, quoiqu’il soit incontestable que la région en question s’appelait bien Arménie, il est difficile d’affirmer que sa population portait le nom d’Arméniens.

Dans la traduction française de l’Anabase, à la fin du septième chapitre du Livre VII il y a un passage qui n’est pas écrit par Xénophon lui-même mais rajouté par Sophenete. Ce paragraphe énumère les provinces par lesquelles les Dix Mille ont passé et mentionne aussi leurs gouverneurs. Nous y apprenons qu’Orantes était le gouverneur général perse de toute l’Arménie. Nous y apprenons aussi que le sous-gouverneur de l’Arménie occidentale par laquelle passèrent les Dix Mille était Tribaz. Il est dit dans le même paragraphe que Tribaz gouvernait les Phases et les Hespérites. Le mot “Arméniens” n’apparaît pas dans ce passage [14].

Il y a des écrivains qui ont émis des idées fort originales au sujet de l’origine des Arméniens. Ruppen Courian est un de ceux-là. Il formule la théorie suivante:

“(...) Les Arméniens sont les anciens habitants de la Suisse actuelle. La langue romanche n’est pas très divergente de la langue arménienne. Il y a des formations, des déformations de mots et d’expressions, des interpositions de syllabes et de mots pris dans les langues des peuples voisins par rapport au temps et à l’espace, mais le fond, le rythme même des langues sont les mêmes. Certains vont se constituer adversaires de cette compréhension. Pourtant regardez la carte de la Suisse. Cherchez les Grisons. Entre Oberhaibstein, le petit village de Mühlen, le Piz Julien et Saint Moritz, il y a le Piz Err. Qu’estce que cela signifie?

“Les Turcs et les Asiates, pour désigner un Arménien, disent Ermeni. Cela veut dire Er et Man, c’est-à-dire l’homme qui vient, provient d’Er, de la terre [15]”

En page 31 du même livre, il est dit que le mot français “vent” est à l’origine du nom de la province de Van, car il s’agit d’une région très ventée.
 
Si on cherchait de la même façon l’origine turque du nom propre “Piz Err” on trouverait le mot “er” qui signifie “homme” en turc et “pis” qui veut dire “sale”, ce qui donnerait à peu près “sale type”. Mais les rapprochements de ce genre n’ont bien entendu rien de commun avec la science et ne relèvent manifestement que de la littérature humoristique.

Les différents ouvrages dont il a été question jusqu’ici mettent en évidence les faits suivants:
Depuis des temps très reculés, il existe une région portant le nom d’Arménie. Le groupe ethnique que nous désignons par le nom d’Arméniens et qui s’est installé dans cette région est venu de l’Ouest. Son arrivée date au plus tôt du VIe siècle et peut-être même du début du IVe siècle av. 3.-C. Ce point reste obscur. Ce qui est certain c’est qu’en l’an 331 av. 3.-C., au moment de la campagne anatolienne d’Alexandre le Grand, les Arméniens y étaient déjà établis. Toutefois, il ne s’agissait pas d’un peuple indépendant mais d’une communauté englobée dans une province iranienne.

Résumons maintenant brièvement ce qui fut écrit au sujet de l’histoire de la communauté arménienne à partir du IVC siècle av. J.-C.


2. Les débuts de l’histoire arménienne
En l’an 331 av. J.-C., Alexandre le Grand vainquit Darius, le dernier souverain achéménide, et assujettit l’Iran. A partir de ce moment, l’Arménie, qui jusque là relevait de l’Iran, fut englobée dans l’Empire macédonien.

Après la mort d’Alexandre le Grand, les territoires conquis par lui furent partagés à plusieurs reprises entre ses généraux. En l’an 301 av. J.-C. lors du partage définitif, la région d’Arménie échut à Séleucos. Ce général d’Alexandre le Grand fonda un Empire sur lequel sa dynastie exerça un pouvoir absolu jusqu’en 189 av. 3.-C., date où elle fut vaincue par les Romains à Magnésie (l’actuelle Manisa).

Lors de la défaite de Magnésie, l’Arménie était gouvernée par Artaxias et Zariadris (deux noms d’origine iranienne). Diverses sources indiquent que ces deux gouverneurs, s’empressant d’abandonner les Séleucides, se placèrent sous la protection du Sénat romain.

Vers la même époque, les Arsacides réussirent à rétablir leur pouvoir en Iran et s’efforcèrent de se rendre maîtres de leurs anciens territoires. Ce fut pour eux, surtout du temps de Mithridate II (123-88 av. J.- C.), une nouvelle période de grandeur. Entre autres, ils envahirent l’Arménie et prirent en ôtage le prince arménien Tigrane, fils d’Artavadze II, qu’ils emmenèrent avec eux.

A la mort d’Artavazde, survenue en 95 ou 94 av. 3.-C., Tigrane qui devait lui succéder, céda à Mithridate une partie des anciens domaines de son père et regagna ainsi sa liberté.

Tirant profit de la “guerre sociale” qui à cette époque divisait les Romains et affaiblissait leur autorité en Arménie, Tigrane - qui bénéficiait aussi du fait que les Arsacides se trouvaient aux prises avec les Saka - s’employa à unir les diverses principautés d’Arménie et parvint non seulement à créer un royaume indépendant mais même à agrandir son domaine. Tout en s’employant à ces tâches, il conclut une alliance avec le roi du Pont, Mithridate IV Eupator. Au début cette alliance lui fut utile, mais quand la guerre éclata entre le royaume du Pont et Rome, Tigrane se retrouva dans le camp des vaincus et son royaume perdit la liberté dont il l’avait dotée. En effet, en l’an 66 av. J.-C. l’armée romaine commandée par Pompée occupa l’Arménie et Tigrane se soumit à Rome. Son royaume ne connut donc l’indépendance que pendant trente ans: à partir de 95 jusqu’en 66 av. 1.-C. Après cette date, le sort de l’Arménie dépendit des fluctuations de la lutte entre Rome et les Perses et cette région fut dominée à tour de rôle par ces deux puissances.

En 53 av. J.-C., le général romain Crassus fut vaincu par l’armée iranienne à Harran et lui-même fut tué au cours de la bataille. Dès lors les Arsacides devinrent maîtres de l’Arménie.

En 36 av. 1.-C., Marc Antoine voulut venger cette défaite. Il traversa l’Arménie et menaça l’Iran, mais il fut lui aussi vaincu. Considérant que le prince arménien Artavazde III était responsable de sa défaite, il le fit amener dans son camp où il fut assassiné. Le pays, pour sa part, fut livré au pillage des soldats.

Par la suite, les Romains envoyèrent plusieurs gouverneurs en Arménie. A partir de l’an II de l’ère chrétienne, le pays fut envahi à diverses reprises tantôt par Rome, tantôt par l’Iran, mais en fin du compte l’autorité de Rome y fut maintenue.
La lutte entre Rome et l’Iran se poursuivit jusqu’à l’an 63, après quoi les deux puissances arrivèrent à un modus vivendi. Il fut décidé que l’Arménie resterait sous l’autorité de Rome mais qu’en contrepartie, elle serait gouvernée par un membre de la dynastie des Arsacides. En vertu de cet accord, Tridate, le frère de l’empereur d’Iran Vologese, devint gouverneur d’Arménie. C’est ainsi que la dynastie arsacide s’implanta en Arménie.

Après la conclusion de cet accord, il y eut encore des conflits entre Rome et la Perse, mais le statut de l’Arménie ne changea plus.

En 224, la dynastie arsacide d’Iran prit fin et ce furent les Sassanides qui la remplacèrent. Les Arsacides d’Arménie engagèrent alors la lutte contre les Sassanides dans le but de reprendre le pouvoir en Iran. En conséquence l’Arménie fut à nouveau occupée tour à tour par les Romains et les Iraniens. La lutte qui se poursuivit jusqu’en 297 se solda par la victoire de Rome et l’Arménie continua d’être gouvernée par les Arsacides.

L’Arménie semble avoir été convertie au christianisme en 301. Cependant ce n’est pas le peuple d’Arménie qui se convertit mais seulement le prince arménien Tiridate III. C’est nettement plus tard que les autres princes féodaux et le peuple acceptèrent de devenir chrétiens. La conversion de l’empereur romain Constantin aida puissamment les seigneurs ralliés à la nouvelle Eglise arménienne à prendre le dessus dans les luttes - souvent sanglantes - qui les opposèrent aux partisans de l’ancien ordre des choses.

A cette époque, le zoroastrisme était fortement implanté dans l’Empire des Sassanides. Partant, ces derniers ne voyaient pas d’un bon œil l’introduction du christianisme en Arménie et trouvaient dangereux le développement de la nouvelle religion dans l’Empire romain. Une longue lutte commença donc à nouveau entre Rome et les Sassanides. Finalement, les deux adversaires se partagèrent l’Arménie en 390: la partie orientale fut adjugée à l’Iran et à sa tête les Sassanides placèrent un membre de la dynastie des Arsacides, Hosrev III; la partie occidentale fut rattachée à Rome et placée sous l’autorité d’Arshag III, un prince issu de la branche arménienne des Arsacides.

A la mort d’Arshag III Rome ne lui désigna pas de successeur et annexa purement et simplement la région qu’il gouvernait.

Quant à Hosrev III, il mécontenta les Sassanides qui le destituèrent en 392, le remplaçant par son frère, Vram Chapouh. C’est du temps de ce prince, en 406, que fut créé l’alphabet arménien.

Artakes, le dernier prince arsacide, mourut en 428 à l’époque du règne de l’empereur sassanide Vahram V. A sa mort, les féodaux demandèrent à Vahram V de ne pas lui désigner de successeur mais de rattacher l’Arménie orientale à l’Iran, ce qui leur fut accordé.

Du temps de l’empereur Yazdigirt III (438-457), une lutte acharnée fut livrée contre le christianisme. Il en résulta une révolte en 451. Les Sassanides occupèrent l’Arménie et le 2 juin 451 les révoltés furent complètement écrasés dans le secteur d’Avarain.

Ce n’est qu’en 484, après que l’empereur Ferouz eut perdu la vie au cours d’une campagne militaire contre les Ephtalites, que l’Arménie put secouer le joug perse. Un prince nommé Vahan Mamikonian profita des circonstances pour détacher les territoires arméniens de l’Empire iranien, mais à sa mort, la région fut à nouveau placée sous la dépendance du trône sassanide.

Vers la même époque, on devait assister à une rapide détérioration des relations entre l’Eglise d’Arménie et l’Eglise grecque. Nous y reviendrons plus loin, lorsqu’il sera question de l’histoire de l’Eglise. Une des conséquences de ces mésententes religieuses fut que Byzance, qui entre-temps avait succédé à Rome, adopta une politique visant à éliminer totalement les Arméniens de la partie du pays qui lui revenait. Les seigneurs féodaux arméniens furent écartés des affaires administratives et remplacés par des dignitaires envoyés de Byzance; la population indigène fut transportée en Thrace et à sa place on fit venir des colons originaires d’autres régions ou bien on y installa des prisonniers de guerre.

Vers 570, la guerre éclata entre l’Iran et Byzance et se poursuivit jusqu’en 591. Du temps de l’empereur byzantin Maurice (582-602), après une série de batailles qui se terminèrent par la défaite complète des Iraniens, ceux-ci évacuèrent le territoire arménien jusqu’à la ville de Dwin. Cette région fut attribuée à Byzance et il fut décidé que les rivières Zanga et Garnitchay marqueraient la frontière entre les deux Etats: toutes les terres situées à l’ouest de ces rivières allèrent à Byzance; l’Iran conservant les terres de l’est, jusqu’à et y compris la ville de Dwin.

Il ressort des diverses sources dont nous disposons que les Byzantins poursuivirent leur politique de “nettoyage” de l’Arménie également dans les territoires nouvellement occupés. En 602, à la mort de l’empereur Maurice, une nouvelle guerre qui devait durer 25 ans commença entre Byzance et l’Iran (604-629). Cette guerre fut perdue par l’Iran, ce qui permit aux Byzantins de mettre la main sur l’ensemble de l’Arménie iranienne.
 
A partir de 640 commencent les invasions arabes: Mais avant de poursuivre le récit des événements, il nous paraît utile d’examiner brièvement comment se présentait à cette époque, le système féodal arménien.

On possède quelques informations sur l’organisation féodale de l’Arménie au temps des Sassanides [1]. Selon toute apparence, la situation était la suivante: la noblesse était divisée en deux catégories, les grands seigneurs (nakharark) et les petits féodaux (azad). D’après Adontz, il y avait environ 50 familles de nakharark. Ces seigneurs possédaient des fiefs qu’ils administraient eux-mêmes et à l’intérieur desquels ils agissaient en toute indépendance. Parmi les plus connues de ces grandes familles constituées en principautés on peut nommer les Kamsaraken, les Mamikonian, les Siouni, les Bagratouni, les Rektouni, les Ardzrouni, les Apahounni, les Vahevani et les Gnouni. Ces lignées provenaient de diverses origines. Par exemple, les Kamsaraken étaient des Parthes, les Mamikonian venaient d’Asie centrale, les Bagratouni étaient d’origine juive, les Ardzrouni étaient des Syriens, tandis que les Siouni, eux, étaient d’autentiques Arméniens.

Ces seigneurs ne se rassemblaient qu’en temps de guerre et envoyaient leurs soldats à la bataille sous les ordres du prince placé à la tête de l’Arménie. Il serait cependant inexact de dire que cette union des grands féodaux était réalisée dans tous les cas.

Issus d’anciennes familles seigneuriales, les petits nobles étaient, eux aussi, libres d’agir à leur guise dans leurs propres domaines. Mais ils étaient obligés de fournir des cavaliers aux grands seigneurs.
Quant au peuple, la plupart de ceux qui vivaient dans les domaines des grands seigneurs ou des petits nobles étaient des serfs.

Cherchant à tirer profit des luttes entre seigneurs, les Sassanides avaient trouvé avantageux de ne pas toucher au système féodal arménien. Par contre, Byzance s’employa à détruire les fiefs et à renforcer l’autorité de l’administration centrale. Sa méthode consistait à transférer hors de leurs terres non seulement les féodaux mais aussi la population, du moins la population libre.

Les premières invasions arabes eurent lieu en 639 ou en 640. En 642 les Arabes pénétrèrent dans Dwin, tuant 12 000 Arméniens et emmenant en captivité 35 000 personnes. Ces premières incursions furent suivies par d’autres, de telle sorte qu’en 653, l’Arménie faisait en quelque sorte figure de zone d’influence arabe.

Toutefois, en 654, l’empereur de Byzance Constantin II occupa à nouveau la région et fit son entrée à Dwin. Mais comme la plupart des seigneurs arméniens préféraient l’alliance avec les Arabes, l’ancienne situation fut rétablie aussitôt après son départ.

En 690, les Arabes placèrent à la tête de l’Arménie Achod Bagratouni. Dans ces années-là, les invasions ne cessaient de se succéder: Byzance attaquait de l’ouest, les Hazars du nord, les Arabes du sud.

Du temps de khalife Velid, cependant, en 705, Muhammed Ibni Mervan finit par vaincre les Byzantins et occupa complètement l’Arménie tuant, dit-on, tous les seigneurs. Dès lors, la ville de Dwin devint la capitale des gouverneurs arabes. Quand les Abbassides succédèrent aux Omeyyades, le gouvernement de l’Arménie fut confié à Mansour, frère du khalife. A partir de ce moment et pour de longues années, ce furent des Arabes qui administrèrent l’Arménie. Les seigneurs arméniens, pour leur part, continuèrent à lutter entre eux.

En 885, le prince bagratide, Achod, sortit vainqueur de ces luttes intestines et imposa son pouvoir aux autres seigneurs. A leur demande, le khalife Al-Mutemed lui envoya une robe royale. Bien entendu, ceci ne mettait nullement fin à la domination arabe dans la région; mais pour la première fois depuis 430, l’Arménie avait de nouveau à sa tête un prince arménien.

Quoique placés à la tête de toute l’Arménie, les Bagratides n’ont jamais Pu imposer complètement leur autorité aux autres grandes familles et le pouvoir réel resta entre les mains des gouverneurs arabes. Ces derniers eurent parfois à faire face à des révoltes, mais n’eurent pas grand mal à les étouffer.

A partir de 970, Byzance reprenant le dessus sur les Abbassides, allait une fois de plus lancer des incursions contre l’Arménie.

Les raids des Oghouz commencent en 1020. La seigneurie de Vaspurakan, située dans les environs du lac de Van, fut la première à résister aux Oghouz. Selon certaines sources, Senegerim Hovhannes, le seigneur de ce territoire, le céda à l’empereur byzantin Basile II et reçut en échange la région de Sivas où il se rendit avec 14 000 hommes accompagnés de leurs femmes et de leurs enfants.

Après s’être emparé de la seigneurie de Vaspurakan, Basile II continua d’annexer d’autres régions de l’Arménie. A sa mort, en 1025, il contrôlait environ le tiers du pays. Le prince bagratide d’Ani lui avait légué son domaine bien que celui-ci n’eût pas été occupé.
Parmi les féodaux qui gardaient un semblant d’indépendance, il convient encore de citer le prince bagratide de Kars, Abas, le prince bagratide de Tachir, David, et le prince Grégoire, de la lignée des Siouni dont le domaine se trouvait au sud du lac Sevan.

A la mort du prince d’Ani, l’empereur Michel voulut mettre la main sur le domaine qui lui avait été légué. Comme le fils du prince défunt Gagik II refusait d’exécuter le testament de son père, le souverain byzantin envoya contre lui une armée. Mais il mourut à son tour et ce fut son successeur, Constantin Monomaque, qui prit possession d’Ani en 1045.

En cette même année 1045, Kutalmich, l’oncle du souverain seldjoukide Toghrul, écrasa les Byzantins près de Quentché. Pour sa part, l’empereur Constantin Monomaque s’employait à disperser une armée arménienne forte de 50 000 hommes.

A partir de cette date, les Seldjoukides multiplièrent les expéditions contre l’Arménie et à chaque raid occupèrent de nouveaux territoires. Pour repousser les attaques, Byzance essaya de se servir des Géorgiens. Quant aux Arméniens qu’on avait exilés et dont les forces avaient été débandées, ils ne prirent aucune part à la lutte.

Finalement, le 26 août 1071, Romain Diogène fut battu à Mantzikert et fait prisonnier. Tout le plateau arménien tomba entre les mains des Seldjoukides. Désormais la porte de l’Anatolie était grande ouverte aux Turcs Oghouz.

La région géographique dénommée Arménie fit dès lors partie du grand empire seldjoukide et cet état de choses persista jusqu’à la mort du sultan Sandjar en 1157. Ensuite, jusqu’en 1194, cette région fut gouvernée par les Seldjoukides d’Irak. Puis elle tomba entre tes mains des Khwarezm Chah et plus tard encore devint la proie des Ilkhanides.

Quand l’Etat ilkhanide s’effondra, la région passa d’abord sous le contrôle des Djelâyir (1334), ensuite, en 1383, de Timour. Après la mort de Timour, elle fut partagée entre les tribus turcomanes du Mouton Noir et celles du Mouton Blanc, pourra être finalement annexée en totalité par ces dernières en 1450.

Les derniers maîtres du pays, avant l’arrivée des Ottomans furent la confédération des Moutons Blancs et les Séfévides. Le 11 août 1473, le sultan Mehmed le Conquérant vainquit à Otluk Belin Ouzoun Hassan, le souverain des Moutons Blancs, mais il se retira sans poursuivre son avantage. Ce furent les Séfévides qui s’emparèrent des domaines d’Ouzoun Hassan. En 1514, quand le sultan Selim W entreprit la campagne de Tchaldiran, la frontière entre l’Etat ottoman et celui des Séfévides était constituée par la rivière Enderes, un affluent du Kelkit situé entre Sivas et Erzincan. En route pour Tchaldiran, Selim s’empara d’Erzincan, d’Erzurum, d’Ahiska et de Beyazit. Après avoir remporté la victoire de Tchaldiran (23 août 1514), il pénétra dans Tabriz (8 septembre) mais il ne put consenver cette ‘ville et s’en retira. Kemah et Diyarbakir furent prises en 1515, Mardin en 1517. D’autres combats eurent lieu dans la même région du temps de Soliman le Magnifique. La paix avec les Séfévides ne fut signée que le 28 mai 1555, date à laquelle l’Anatolie orientale ainsi que l’Irak passèrent définitivement sous la domination des Ottomans.

En retraçant l’histoire de l’Arménie depuis le IVe siècle av. 1.-C. jusqu’à l’année 1071, nous n’avons donné aucune référence bibliographique, car les faits que nous avons relatés sont mentionnés dans tous tes ouvrages - y compris ceux des historiens arméniens - ayant trait à l’histoire de Rome, de Byzance ou de l’Iran. Il n’y a dans ce qui précède pas un mot que nous ayons ajouté de nous-mêmes. Nous n’avons cependant pas jugé utile de rapporter les diverses injures adressées à Byzance et aux Byzantins par les chroniqueurs arméniens, car de telles invectives n’ont, à notre sens, rien à voir avec l’histoire (la chronique de Mathieu d’Edesse est particulièrement riche en manifestations d’humeur de ce type).

Basée entièrement sur les indications fournies par un certain nombre d’ouvrages “classiques”, notre conclusion est la suivante:

Ceux que l’on désigne aujourd’hui sous le nom d’Arméniens et dont on ne connaît pas exactement l’origine sont arrivés dans la zone géographique appelée Arménie à partir du IVe siècle av. J.-C. On n’a aucun renseignement précis sur leur nombre ni sur l’endroit exact où ils vivaient. Jusqu’en 331 av. 1.-C., date à laquelle Alexandre le Grand remporta sa victoire sur Darius, cette région était une province gouvernée par la dynastie des Achéménides. Par la suite, l’Arménie fut incorporée dans l’Empire macédonien. A la mort d’Alexandre, lorsque ses généraux se partagèrent ses conquêtes, la région fut adjugée à Séleucos. Le type d’organisation politique et social qui prévalait en Arménie était le système féodal. Divers seigneurs y possédaient différents domaines. On ignore lesquels de ces seigneurs étaient des Arméniens et lesquels étaient d’une autre origine. Il est absolument impossible de parler de nationalisme arménien ou de l’existence d’une conscience nationale arménienne chez les habitants de cette région.

De temps à autre, certains seigneurs arrivaient à imposer leur autorité aux autres féodaux mais à aucun moment ils ne réussirent à s’approprier leurs domaines.

Cette Arménie féodale ne connut l’indépendance qu’à l’époque de Tigrane, entre 95 et 66 av. 3.-C. Dans ces années-là, l’Empire séleucide était en pleine désagrégation, tandis que la dynastie arsacide n’avait pas encore atteint son apogée. Entre l’an 66 av. J.-C. et l’an 63 de notre ère, l’Arménie fut une province romaine administrée par des princes désignés par Rome. De l’an 63 jusqu’à 390 la domination romaine se maintint mais jusqu’en 224 les gouverneurs généraux furent choisis par les Arsacides; après 224 ce furent les Sassanides qui les désignèrent en les prenant toujours parmi les Arsacides. En 390, l’Arménie fut partagée entre Rome et les Sassanides. La partie revenant à Rome fut rattachée directement à la capitale. Il en fut de même en 428 de la partie revenant à la Perse qui, à partir de cette date, fut administrée directement par l’autorité centrale. Au lendemain des invasions arabes, en 885, un membre de la famille des Bagratides, Achod, fut placé à la tête de l’Arménie mais en réalité son autorité ne s’étendit jamais au-delà des limites de son propre domaine. D’autres zones étaient administrées par d’autres seigneurs, ce qui fait que l’Arménie comptait à cette époque au moins quatre grandes principautés.

A la fin du IXe siècle, Byzance commença petit à petit à mettre la main sur la région et, vers 1045, supprima toutes les seigneuries. Les premières incursions des Oghouz datent de la même époque.

Compte tenu de ce tableau d’ensemble, il est évident qu’on ne peut parler ni d’une Arménie indépendante ni d’un peuple arménien unifié. Certes, pendant trente ans, du temps de Tigrane, il y eut un Etat arménien libre. Mais à l’intérieur de cet Etat, les seigneurs avaient conservé leur autonomie féodale; au demeurant, on ne saurait affirmer que les familles nobles appartenaient toutes à la communauté arménienne. Il y a tout lieu de penser, de même, que la population était, elle aussi, loin d’être ethniquement homogène.
En fait, tant que subsista le système féodal, les seigneurs se combattirent constamment afin de continuer à dominer les communautés de serfs qui peuplaient leurs domaines. Dans ces conditions, il paraît encore plus difficile de parler de l’existence d’un Etat arménien.

De nos jours, pour démontrer qu’ils existent en tant que nation, les Arméniens mettent en avant deux éléments: la religion et la langue. Il se trouve cependant que la religion n’est pas un élément distinctif d’une nation. Différentes nationalités peuvent se réclamer d’une même religion et à l’inverse, plusieurs religions peuvent avoir coexisté chez certains peuples. Quant à la langue, il s’agit là d’un élément qui évolue avec le temps. Peut-on affirmer que la communauté qui quitta la Phrygie pour venir en Arménie parlait l’arménien moderne? Ne serait-il pas plus exact de supposer que la langue arménienne d’aujourd’hui est un mélange de dialectes divers utilisés par tes multiples communautés qui ont cohabité dans cette zone au cours des siècles? Ainsi, la langue bulgare qu’on parle actuellement en Bulgarie n’a rien Il voir avec celle que tes Bulgares parlaient en 668, quand ils vinrent s’installer au sud du Danube.

Au total, il n’est sans doute pas inexact de dire que les divers livres qui prétendent retracer l’histoire de l’Arménie ne font en réalité que traiter de l’histoire de certaines principautés féodales sur lesquelles on ne sait rien de précis.


3. Le royaume arménien de Cilicie
Après avoir jeté ce coup d’œil sur l’histoire de la région que les Arméniens considèrent comme leur patrie et avant de passer à la période ottomane, il convient de parler brièvement du royaume arménien de Cilicie.

De nombreuses sources nous renseignent sur l’histoire de ce royaume. Celui-ci était un véritable Etat qui entretenait des rapports étroits avec tes Seldjoukides d’Anatolie, ainsi qu’avec Byzance, la Syrie, l’Irak, les Croisés, les Ayyoubides et les Mamelouks. Mais, ainsi que nous l’avons déjà dit, il n’entre pas dans notre propos d’écrire une histoire circonstanciée de l’Arménie; notre objectif n’est que de donner un bref aperçu des événements que les Arméniens ont vécus jusqu’à leur incorporation dans le système ottoman. Au lieu de le faire nous-mêmes, nous allons nous tourner vers un auteur qui a fort bien résumé ces événements et qui est un historien respecté par toutes les communautés arméniennes. Nous voulons parler d’Avedis K. Sanjian [1].

Sanjian décrit comme suit la fondation de l’Etat arménien de Cilicie et son évolution politique (Les remarques entre parenthèses sont de nous.):

“Après s’être séparée de l’Eglise byzantine, l’Eglise arménienne devint la place forte du nationalisme arménien et le principal facteur d’union nationale. Conscients de ce fait, les empereurs byzantins et le clergé grec qui poursuivaient une politique d’assimilation, s’efforcèrent non seulement de détruire tes familles féodales d’Arménie mais aussi de mettre un terme Il l’autonomie de l’Eglise arménienne. (...) Tous les moyens étaient bons pour atteindre ces objectifs: la persuasion, l’intimidation, et surtout la persécution. Une des méthodes utilisées était la déportation massive des populations de l’Arménie occidentale - une région d’obédience grecque - vers d’autres territoires byzantins. (page 3)

“(...) L’occupation de la Grande Arménie par les Arabes depuis la fin du VIIe siècle jusqu’au milieu du IXe, marque une phase nouvelle dans les rapports entre Arméniens et Syriens. Lors de leurs premiers raids qui débutèrent en 639-640, les Arabes ne se bornèrent pas à piller tes provinces mais emmenèrent en captivité des milliers d’indigènes qu’ils installèrent dans les territoires bordant l’Euphrate, principalement Il Edesse, Antioche et en Syrie septentrionale (...).

“Contrairement aux Byzantins, tes Arabes firent preuve, pendant leur occupation de l’Arménie, d’une très grande tolérance Il l’égard du christianisme arménien et ne portèrent pas atteinte Il la vie nationale arménienne par une politique d’assimilation. Bien au contraire, ils allèrent jusqu’à offrir un asile aux Arméniens victimes des persécutions religieuses de Byzance. Ainsi, lorsque en 711-713 l’empereur Philippicus décida d’éloigner d’Asie Mineure un groupe important d’Arméniens qui avaient refusé de se conformer aux rites de la religion orthodoxe, tes Arabes leur permirent de s’installer non seulement en Arménie mais aussi dans la région de Melitène et en Syrie du nord. Un grand nombre d’entre eux furent incorporés dans des détachements frontaliers des montagnes du Taurus et de Mésopotamie afin de défendre ces territoires contre tes attaques des Byzantins. (p. 6)

“(...) Au début du XIe siècle, profitant de l’affaiblissement de l’Arménie, Byzance se mit progressivement à annexer le pays. Aux seigneurs dépossédés elle donnait en compensation des domaines situés dans les régions de Sebaste (Sivas), de Césarée (Kayseri) ou en Cappadoce (...) Les nobles auxquels on enlevait ainsi leurs terres ancestrales pour les installer en territoire byzantin étaient suivis dans leurs déplacements par de grands groupes d’émigrés arméniens qui venaient s’agréger aux autres groupes qui les avaient précédés dans les mêmes lieux (...). (p. 8)

“Dans ces régions, les empereurs nommèrent certains Arméniens aux postes de gouverneurs des villes importantes et leur confièrent le commandement des armées impériales. Mais quelques-uns de ces hauts fonctionnaires arméniens profitèrent de l’affaiblissement de l’administration centrale pour briser les liens qui les unissaient Il l’Empire (...)

“Fondée par le prince arménien Reuben, qui proclama son indépendance en 1080, la baronnie de Cilicie fut la plus importante et la plus durable de toutes les seigneuries arméniennes enclavées entre les domaines byzantins et ceux des Arabes. L’émergence de cet Etat et son rapprochement des Croisés et des principautés franques d’Edesse, d’Antioche et de Tripoli, créées postérieurement, ainsi que du royaume latin de Jérusalem constituent un tournant décisif dans les destinées des Arméniens en Syrie. (p. 9-10)

“(...) Dès sa création, la baronnie entourée de voisins puissants ne connut que de brèves périodes de paix. Mais malgré ce fragile équilibre de forces, elle continua d’être un important Etat chrétien même après la graduelle désintégration de l’hégémonie latine au Levant. En effet, le prince Léon II (1187-1219) était devenu si puissant qu’il réussit à transformer sa baronnie en royaume. En 1198, l’empereur d’Allemagne Henri VI et le pape Célestin lui octroyèrent la couronne royale. On affirme que, peu après, l’empereur de Byzance, Alexius III Angelus, lui fit lui aussi parvenir une couronne. Ainsi après avoir perdu l’indépendance dans ce qui fut l’Arménie historique, les Arméniens réussirent non seulement à créer un nouveau foyer sur les rivages de la Méditerranée mais aussi Il reconstituer leur ancien royaume. L’Etat cilicien, qui atteignit son apogée sous Léon, s’étendait de l’Isaurie (l’actuelle province d’Antalya) jusqu’à l’Amanus et tes Arméniens y étaient si nombreux que la région fut surnommée Il juste titre “la petite Arménie”.” (Page 10) (Nous avons vu plus haut Il quelle époque l’Arménie devint indépendante et combien de temps elle le resta. En outre, il est erroné, du point de vue historique, de considérer la principauté arménienne de Cilicie comme un prolongement des seigneuries féodales d’Arménie.)
“Au cours de la première moitié du XIIIe siècle, les Mongols traversèrent l’Arménie et pénétrèrent en Anatolie. En 1247, le roi Het’um, soucieux de préserver l’intégrité de la Cilicie, conclut une alliance avec Goguk Khan, et en 1253, il la renouvella avec le successeur de ce dernier, Mangu Khan. (Bien entendu, il ne s’agit nullement d’une alliance; en réalité le roi ne fit que se soumettre aux Mongols.) Les Arméniens participaient, aux côtés des Mongols, au blocus économique de l’Egypte et se signalèrent notamment en mettant fin aux exportations de bois cilicien vers ce pays; ils firent également cause commune avec les Mongols dans les campagnes menées par ces derniers en Anatolie et en Syrie. L’arrivée des Mongols en Syrie coïncida avec la chute des Ayyoubides et la montée des Mamelouks. En 1250, les unités arméniennes de Het’um 1er se joignirent aux forces de Hulagu et prirent part à l’occupation d’Alep, de Hama, de Homs, de Damas et de diverses autres villes syriennes. Cependant, en 1260 les Mongols se firent battre par les Mamelouks. Ceux-ci, dès lors, ne tardèrent pas à passer à t’attaque et leur première cible fut le royaume de Cilicie. En 1266, ils s’en emparèrent, massacrant la population et emmenant les survivants en captivité en Egypte. (A lire ce texte, on pourrait croire qu’il ne resta en Cilicie plus un seul être en vie. En outre, l’auteur ne dit rien du comportement des unités arméniennes en Syrie. Certaines sources françaises fournissent d’intéressants renseignements Il ce propos.) En 1274-1275, le souverain mamelouk Baïbars attaqua une fois de plus la Cilicie. C’est Tarse qui souffrit le plus. Environ 10 000 de ses habitants furent emmenés en Egypte.

“Lorsque tes Mongols et les forces de Het’um reprirent leurs incursions en Syrie, ils commercèrent par remporter quelques victoires mais furent écrasés devant Damas en 1303.

“Jusqu’en 1342, le royaume de Cilicie fut gouverné par la dynastie arménienne de Reuben et de Het’um. N’ayant pas d’héritier mâle direct, Léon IV, le dernier descendant de la dynastie de Het’um, désigna comme successeur son parent le plus proche, Guy de Lusignan (...) Ainsi, la couronne de Cilicie passa entre les mains d’une noble famille française et le royaume arménien devint un pays gouverné par des Latins (...).

“Mais, en 1375, les Mamelouks attaquèrent à nouveau et prirent Sis, la capitale du royaume arménien de Cilicie qui, à partir de cette date, fut incorporée dans leur Empire. (...) (p. 16-17)
“(...) Après la chute de Sis, les Mamelouks emmenèrent en captivité quelque 40.000 Arméniens dont beaucoup s’établirent Il Alep.” (p. 18)

C’est ainsi qu’après s’être maintenu pendant trois siècles, I’Etat arménien cessa d’exister.

Les territoires ciliciens tombèrent entre les mains des Ottomans en 1516, lorsque le sultan Selim 1er, vainqueur des Egyptiens à Mardj Dabiq et Raidaniya, mit fin à l’Etat mamelouk.

Rappelons que les seigneuries de la région géographique portant le nom d’Arménie avaient été totalement détruites par Byzance en 1045 et qu’une grande partie de la population de cette région avait été déportée vers d’autres lieux. Ce territoire fut annexé en 1071 par les Seldjoukides et après avoir changé plusieurs fois de maîtres tomba finalement, en 1514, sous la domination des Ottomans.

Quant au royaume de Cilicie, il avait cessé d’exister en 1375 mais les Ottomans ne prirent possession du territoire qu’il recouvrait qu’en 1516.

En somme, lorsque les Ottomans s’emparèrent de ces régions, cela faisait 470 ans qu’il n’y avait plus de seigneuries arméniennes dans l’Est de l’Anatolie et 150 ans que le royaume de Cilicie avait disparu. Quant aux Arméniens qui vivaient dans ces provinces au moment de la conquête ottomane, il n’y avait plus personne, à cette époque, qui considéra qu’ils formaient du point de vue ethnique une nation. Il est frappant de constater à cet égard qu’aucun ouvrage de la première moitié du XVI siècle ne fait mention d’un peuple ou d’une nation arménienne. A l’intérieur de l’Empire ottoman, certes, les Arméniens bénéficiaient d’un statut de millet (nation ou plutôt communauté), mais il s’agit là de tout autre chose.

Ce livre a pour but de faire la clarté sur certains événements qui se sont déroulés à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle. Si nous y avons réservé tant de place à l’histoire ancienne des Arméniens c’est uniquement pour démontrer qu’il n’y a pas un mot de vrai dans l’affirmation totalement gratuite selon laquelle les Ottomans s’étant emparés des territoires arméniens ont mis fin à l’existence d’un Etat indépendant et ont réduit sa population à l’esclavage.

Après avoir lu les pages qui précèdent, presque entièrement basées sur les travaux d’historiens arméniens ou de sympathisants de la cause arménienne, certains s’étonneront qu’une telle thèse ait pu être formulée.

Mais il ne faut pas s’en étonner, car cette thèse, de même que ce que l’on a coutume d’appeler le “problème arménien”, est une construction totalement imaginaire basée sur un certain nombre d’assertions inventées de toutes pièces.



[1] Arnold J. Toynabee, A Study of History, chap. VII, p. 661.
[2] J. A. Gatteyrias, L’Arménie et les Arméniens, Paris, 1882, p. 12-15.
[3] Jacques de Morgan, Histoire du peuple arménien, Paris, 1919, p. 43-44.
[4] Frédéric Macler, La Nation arménienne, son passé, ses malheurs, Paris, 1924, p. 18-19.
[5] H. Pasdermadjian, Histoire de I’Arménie, p. 23.
[6] Louise Nalbandian, The Armenian Revolutionary Movement, Los Angeles, 1963, p. 4.
[7] Richard Hovannisian, Armenia on the Road to Independence, Los Angeles, 1967, p. 2.
[8] René Grousset, Histoire de l’Arménie, Paris, 1973, p. 67-68.
[9] David Marshall Lang, Armenia, Cradle of Civilisation, Londres, 1980, p. 94.
[10] René Grousset, op. cit., p. 42.
[11] Bedrich Hrozny, Histoire de l’Asie Antérieure, Paris, 1947, p. 191-197.
[12] Hérodote, The Histories, Penguin Books, 1972.
[13] Xénophon, The Persians Expeditions, Penguin Books, 1979.
[14] Xénophon, L’Anabase, Garnier-Flammarion, Paris, 1967, p. 249.
[15] Ruppen Courian, Promartyrs de la civilisation, Yverdon, 1969.



[1] Avedis K. Sanjian, The Armenian Communities in Syria under Ottoman Dominion, Cambridge, Massachusetts, 1965.


 ----------------------
* -
- Le Dossier Armenien
    Print    
   «  Back

 
 
ERAREN - Institute for Armenian Research

This site is best viewed at 1024 x 768 pixel resolution.